Les bronzés amis pour la vie

(les bronzés 3)

 


 
> Lien sur www.lesbronzes3.com :
le site officiel du film !

Le forum consacré au film

La Bande annonce du film

(sur le site allocine.fr)


Des photos sur le site
des productions Christian Fechner

L'affiche officielle du film
 


> Un article sur le financement du film 

 

 

 


Photos : Jean-Marie Leroy - Arnaud Borel - (c) 2005 Warner Bros entertainment


ÉnoOorme carton en salles : plus de 10 millions d'entrées !

A sa sortie, le film a battu le record absolu du nombre de spectateurs en une semaine en France, ayant attiré pour sa première semaine d'exploitation 3.909.694 spectateurs... Devant ASTERIX 2 MISSION CLEOPÂTRE (3.685.097), TAXI 2 (3.478.850), STAR WARS 3 (3.303.005), les HARRY POTTER et SEIGNEURS DES ANNEAUX...

L'ambiance dans les salles le jour de la sortie était digne de la projection d'un "StarWars", avec déjà des "bips bips" joyeux dès les pubs, des applaudissements nourris lors de l'apparition de Jean-Claude Dusse sur l'écran, et même parfois des applaudissements spontanés à la fin du film !


Tous les chiffres d'exploitation du film :

    538.000 entrées premier jour
 3.909.694 entrées en première semaine
 2.453.333 entrées en seconde semaine (cumul : 6.360.027)
 1.741.300 entrées en troisième semaine (cumul : 8.101.327)
 1.060.810 entrées en quatrième semaine (cumul : 9.161.137)
    483.931 entrées en cinquième semaine (cumul : 9.645.068)
    259.882 entrées en sixième semaine (cumul : 9.904.950)
    269.296 entrées en septième semaine (cumul : 10.174.246)
      94.800 entrées en huitième semaine (cumul : 10.269.046)
      48.538 entrées en neuvième semaine (cumul : 10.317.584)
      18.971 entrées en dixième semaine (cumul : 10.336.555)
        7.965 entrées en onzième semaine (cumul : 10.344.520)

        Cumul total sur 2006 : 10.355.928 entrées
 


La bande originale est disponible

Le CD de la Bande Originale est sorti le 23 janvier dans tous les points de vente de disques, avec la musique originale composée par Etienne Perruchon (le compositeur de DOGORA, le précédent film de Patrice Leconte) et la chanson "baila morena" de Zucchero utilisée pour le générique. C'est Polydor qui édite ce CD. Entre chaque morceau de musique, un dialogue extrait du film... pour aider à patienter d'ici la sortie du DVD !

Si vous êtes attentifs, vous pourrez reconnaître Etienne Perruchon qui fait une brève apparition dans le film : c'est lui qui joue au piano au restaurant de l'hôtel, pour accompagner la chanteuse (qui n'est autre que sa fille Coline) !
 


On parle du film

- STUDIO a sorti un numéro hors série spécial BRONZES (janvier 2006) avec un DVD des meilleurs moments des films du Splendide et des membres du Splendide (un reportage de 2h daté de 2003 mais comprenant de nombreux extraits de films, commentés par Patrice Leconte, les membres du Splendide et leurs acolytes après quelques années de recul)

- Les bronzés sont en couverture de PREMIERE de février 2006 qui leur consacre un dossier, avec en exclusivité des extraits du scénario : les séquences d'apparition de chacun des personnages principaux.

- La critique du Nouvel Observateur
- La critique de Télérama
- La critique du Figaroscope
- La critique de Ouest-France
- La critique du site Ecran Large
- La critique du site A voir à lire
- La critique du site Monsieur Cinéma
 


Où et quand fut tourné le film ?

Le tournage avait débuté le 9 mai 2005, au soleil mais pas dans un club de vacances : en Sardaigne, au Nord de l'île dans la région de Gallura, sur les sites de Baja Sardinia, Palau, Porto Cervo, Porto Rotondo et surtout à la Cala di Volpe (la calanque des renards) qui a accueilli trois semaines de prises de vue. Le film a été tourné majoritairement là-bas, puis durant trois semaines en région parisienne jusqu'au vendredi 22 juillet à 18h30, 57ème et dernier jour de tournage !

Le tournage du film s'est achevé le 22 juillet 2005.
Le montage image a été achevé le 23 septembre, et validé dans la foulée par le producteur, le splendid, et Patrice Leconte.
La musique d'Etienne Perruchon a été enregistrée dans la semaine du 10 octobre et mixée mi-novembre.
L'étalonnage a été achevé en décembre, ainsi que le mixage son le 9 décembre 2005.
Le DVD est sorti en août 2006.


 

Qui est de l'aventure ?

Toute la troupe du Splendid, bien sûr :

Josiane Balasko (Nathalie Morin)
Michel Blanc (Jean-Claude Dusse)
Marie-Anne Chazel (Gigi)
Christian Clavier (Jérôme Tarayre)
Gérard Jugnot (Bernard Morin)
Thierry Lhermitte (Popeye)

Ainsi que d'autres personnages indispensables des deux premiers films :

Dominique Lavanant (Christiane l'esthéticienne)
Bruno Moynot (Jambier)
Martin Lamotte (Miguel)

Et de nouvelles venues : Caterina Murino (l'amante de Popeye) et Ornella Muti (la femme de Popeye)

Malheureusement, Maurice Chevit (Marius) n'a pas pu reprendre son rôle, victime de problèmes de santé à la période du tournage. Il en est triste.

 


L'histoire

Evidemment, le scénario est tenu secret. Aucune info n'a filtré sur la trame de l'histoire, bien qu'en rassemblant des bribes données en interview par les uns et les autres, on peut deviner (ne lisez pas ce qui suit si vous préférez ne rien savoir !) que tous les personnages se retrouvent en Sardaigne dans l'hôtel dirigé par Popeye (Thierry Lhermitte), devenu gigolo de luxe en ayant épousé la belle comtesse italienne Graziella (Ornella Muti). Les autres ont tous acheté une action dans l'hôtel et viennent y passer leurs vacances. Mais la gestion de Popeye est désastreuse et il va essayer de les taxer à grande échelle. Jean-Claude Dusse a fait fortune comme perruquier à Los Angeles (sous le nom de Jessie Duce), Bernard et Nathalie toujours ensemble sont opticiens à Reims, et Jérôme (Christian Clavier) aurait été radié de l'ordre des chirurgiens esthétiques pour avoir raté les lèvres de Christiane (Dominique Lavanant). Il est séparé de Gigi, qui vit maintenant avec Jean-Claude aux Etats-Unis et fait des portraits de chiens... en érection (c'est la Gigi's touch).

27 ans après, que sont-ils devenus ? Réponse hâtive : les mêmes... en pire !


L'ambiance sur le tournage


Patrice Leconte a donné une interview à Europe 1 lors du premier jour de tournage. On peut y accéder sur  http://fr.news.yahoo.com/050511/214/4eqah.html   Extraits : "La première journée était ensoleillée, venteuse, insouciante, rieuse et même assez déconneuse. (...) Il y a un ressort comique très très fort qui va certainement être récurrent pendant les trois mois de tournage, c'est le plaisir qu'ont les comédiens du Splendid de se vanner les uns les autres. Par exemple, Clavier me disait : "avec Jugnot, on ne va pas pouvoir tourner comme ça. Il vaut mieux lui faire croire qu'on répète, toi discrètement tu tournes, et tu fais le clap à la fin, pour pas qu'il se rende compte qu'on tourne, sinon quand on fait le clap ça le panique".


L'écriture du scénario

Le scénario a été écrit par toute la troupe du Splendid. Thierry Lhermitte et Christian Clavier ont préparé au départ un synopsis d'une quinzaine de pages, qui a été approuvé par toute la bande et développé au cours de séances de travail où tous ont retrouvé leurs réflexes d'il y a 25 ans. Michel Blanc racontait à l'été 2004 : "En ce moment, on se réunit tous les jours, avec les autres membres de l'équipe, chez Marie-Anne Chazel. C'est Thierry Lhermitte qui fait le scribe avec son ordinateur car c'est lui qui tape le plus vite. Les idées fusent de toute part autour de la table. On est aussi motivés qu'il y a 25 ans ! On se marre beaucoup.".

Patrice Leconte en disait, à la rentrée dernière dans Ciné Live : "J'ai lu les dix premieres pages du scénar et c'est vraiment à pisser de rire ! Ce qu'ils ont inventé pour dire ce que sont devenus les personnages vingt ans après c'est énorme."

Gérard Jugnot, dans Studio de mars 2005 : "Pour ma part, je n'ai pas eu vraiment le temps de l'écrire avec eux. Michel, en revanche, a beaucoup collaboré, alors qu'il n'avait pas participé au premier. Il a écrit de grosses conneries qu'il n'ose pas mettre dans ses films."

(à découvrir dans le forum : les deux pages du scénario parues en format miniature illisible dans CinéLive enfin décryptées !!)


La réalisation par Patrice Leconte

Puisque quasiment tous les membres de la troupe du Splendid sont devenus metteurs en scène, l'un d'eux aurait pu assurer la réalisation. Interrogé à ce sujet dans Studio de mars 2005, Gérard Jugnot répondait : "Ils me l'ont demandé, mais je ne le sentais pas. Il fallait une septième personne - un juge de paix - qui dirige ce collectif d'individualistes : Patrice Leconte, c'était l'évidence. Le canal historique."

Qu'en dit Patrice Leconte ? "Je n'ai aucune inquiétude face à ce collectif, parce qu'il s'agit avant tout d'un collectif d'amis, et que s'ils m'ont proposé le film ce n'est pas uniquement parce que j'avais réalisé les 2 premiers, mais parce qu'ils ont confiance et qu'ils apprécient mon travail. Nous rions des mêmes choses, nous avons le même film en tête. J'ai souvent travaillé avec des acteurs qui étaient passés à la réalisation (Blanc, Jugnot, Giraudeau, Kusturica), et jamais aucun ne s'est mêlé de mise en scène, trop heureux qu'ils étaient de laisser ça à un autre !
Le film, normalement, devrait être mieux réalisé que les deux premiers, parce que je connais mieux mon métier, et que je vais éviter de faire les erreurs que j'ai pu faire à mes débuts. Tout est affaire de rythme, et je maîtrise ça mieux aujourd'hui qu'il y a 25 ans. Ca devrait aller à peu près."

Joëlle Hache (la monteuse de toujours de Patrice Leconte) était également sur place, pour pouvoir monter le film en parallèle - on imagine les journées !!


20 ans après, n'ont-ils pas peur de retrouver leurs personnages ?

 

Gérard Jugnot dans Studio de mars 2005 : "On retrouvera les mêmes personnages, avec les mêmes travers. Je vais reprendre la moustache de Bernard, le gros couillon. C'est sûr, le Jugnot des débuts c'est un personnage que je ne joue plus depuis un petit moment. On aurait aussi pu être pétrifiés à l'idée de tourner la suite d'un film aussi culte. Mais on est partis dans ce projet en se disant qu'il ne fallait pas avoir peur de notre ombre ou de notre image, et penser que les gens ne vont jamais trouver ça aussi bien que les premiers. On s'en fout ! Notre vrai problème, c'est de nous amuser."

Thierry Lhermitte confirme pour sa part : "c'est violent, nos personnages n'ont pas gagné en intelligence."


La pression autour du film

Patrice Leconte, en avril 2005 dans une interview au site ecranlarge.com (à lire en cliquant ici) : "si je commence à aborder ce film en pensant à la grosse attente des gens, aux paris qui se font dans la profession – marchera, marchera pas, combien de millions ? – alors je n’oserais jamais dire « moteur ! » ! Il faut que je me préserve et nous sommes aujourd’hui dans une insouciance finalement plus grande que celle qui nous habitait lors des deux premiers Bronzés."


Le budget du film

Extrait d'une interview de Patrice Leconte donnée en avril 2005 au site ecranlarge.com (à lire en cliquant ici) : Patrice Leconte lit sur le Figaro que Les Bronzés 3 coûtera 35 millions d’euros et devra réunir au moins 8 millions de spectateur pour être rentabilisé. "Je ne connaissais pas ce montant. Le film ne coûte pas ça du tout. Nous le ferons pour une somme entre 50 et 60 millions de francs, ce qui est largement confortable pour faire un très bon film dans un endroit idéal. Mais Lhermitte, Jugnot, Blanc, Clavier, Chazel, Balasko et Lavanant sont des comédiens qui sont devenus des stars et cela a dorénavant un prix. Tout ça pour dire que les 35 millions d'euros, vous ne les verrez pas à l'écran. Il n'y aura pas d'effets spéciaux, d'hydravions qui se crashent en pleine mer ou des conneries comme ça ! Ce sera un pur Bronzés. Quand j'ai lu le scénario, non seulement je l'ai trouvé à pisser de rire mais en plus, je me suis dit que c'est exactement ce qu'attendent les fans des deux premiers. La question que tout le monde se pose est évidemment : que sont-ils devenus ? Se sont-ils embourgeoisés ? Ça serait plutôt le contraire…"

Liste technique

Réalisation : Patrice Leconte
Image : Jean-Marie Dreujou
Son : Paul Lainé
Scripte : Marie Leconte-Arnoux
Montage : Joëlle Hache
Musique : Etienne Perruchon et Zucchero
Directeur de production : Jean-Louis Niewbourg

Production : Films Christian Fechner
CoProduction : TF1 films productions
Distribution : Warner Bros (France), Roissy Films (ventes internationales)

 


Nathalie : Vous vous souvenez de nos vacances à Val d'Isère, en 79 ?
Jérôme : Heu non, vaguement... c'est en quelle année, déjà, 79 ?

Photos : Jean-Marie Leroy - Arnaud Borel - (c) 2005 Warner Bros entertainment

 

 

 


 

 

 

 


www.fraises-sauvages.com - Mise à jour : décembre 2006 - fraises-sauvages@wanadoo.fr